Les vrais Leaders

  • 27 Avril 2020
  • Aucun commentaire

Par Jérôme Staszak

Comment inspirer le monde, sa communauté, ses équipes, ou même simplement ses clients, tout en sachant prendre des décisions parfois difficiles et controversées ?

Réponse avec ce cas d’actualité.

Son entreprise traversant une phase compliquée, Yann devait prendre une décision difficile : remercier une partie de ses collaborateurs ou faire fi des recommandations officielles et demander à l’ensemble de ses équipes de se mobiliser autour de lui pour refonder totalement leur façon de travailler, de produire, de mettre en marché, de communiquer, de vendre, de livrer, d’assurer le suivi... Deux mois plus tard, et à la reprise générale de l’activité, il n’avait encore ni licencié, ni mobilisé et tout le monde revient à son poste. Quand j’ai demandé à Yann pourquoi il n’avait ni congédié, ni mobilisé, il m’a répondu : « J’ai eu peur ! ». Yann (le nom et quelques détails sont modifiés et adaptés par respect de la vie privée et pour faire passer le message) est le dirigeant d’une entreprise informatique et n’a vraiment rien d’un peureux. C’est seulement un être humain qui est confiné dans un mode de pensée « paralysant », un homme « éduqué », honnête et respectueux des lois et des règles de vie générales. Et, lorsque mettre en application une importante décision stratégique arrive, les différents schémas de pensées, les habitudes culturelles, et tous les biais cognitifs qui nous habitent refont surface.

Quels que soient notre sexe, notre expérience, notre domaine de compétence, notre situation personnelle, nos diplômes ou nos titres, notre statut et notre niveau de responsabilité, mener à bien nos missions exige d’être profondément ancré et équilibré, d’avoir cette ferme capacité à poser des décisions, d’agir malgré la peur, de piloter sa stratégie avec discipline, et, surtout, de guider avec bienveillance selon le bien commun en refusant les calculs mesquins, les tactiques à court terme, les intérêts du petit nombre et toutes ces fausses règles et ces fausses lois qui nous enferment dans un fonctionnement – certes conformismes et citoyens – mais tellement anti-nature et déstructeurs.

Pour cela, vous devez cesser de vous montrer fort, mais plutôt être solide et authentique (ce qui peut aussi passer par la vulnérabilité).

L’objectif d’un vrai leader est bien d’amener ses clients, mais aussi ses équipes, sa communauté (voir le monde entier) à lui faire confiance.

Comment investir toute sa capacité de travail dans un projet qui nous dépasse tous, sans construire sur le long terme, avec éthique et bienveillance, sur des valeurs fondamentales avant tout ?

Vous devez montrer, et ça passe par tout ce que vous faites en privé, que vous êtes solide, ancré, determiné, courageux, serein.

Parfois, cela demande aussi de pouvoir trancher de façon directe mais honnête, de penser en dehors de « la boîte », de faire preuve de créativité tout en conservant son auto-discipline, y compris lorsque vous n’êtes pas compris voir contesté.

Evidemment, il vous faut également pouvoir agir dans l’instant de la nécessité, dans l’urgence de la situation, et de cesser toutes les tergiversations du qu’en dira-t-on… Et agir librement en refusant tout autre contrôle que ceux permettant d’assurer le bien commun.

En 20 ans passés à peaufiner l’expérience naturelle de la vitalité, et 12 ans à coacher des dirigeants pour équilibrer leur développement personnel, leur business et leur bien-être, à m’assurer de les inspirer et de les guider suivant un équilibre crucial entre leur santé, leur business et leur famille, j’ai modélisé une approche de coaching du leader que je livre dans mes accompagnements.

Elle s’articule autour de 7 axes sur lesquels tout vrai leader se doit de s’appuyer pour contribuer en partageant sa vision.

Pour vivre pleinement avec authenticité et impact, vous devez maîtriser votre vitalité, offrir l’amour et l’harmonie à votre famille, inspirer votre « tribu », gérer vos émotions, piloter votre carrière, libérer vos finances, et développer votre spiritualité.

La plupart d’entre-nous excellons dans 2 ou 3 de ces domaines, avons vaguement entendu parler de 2 ou 3 autres, et nous sommes clairement handicapés dans au moins un ou deux de ces domaines.

Mais pour servir et faire du sens, pour vous épanouir et faire votre marque, vous devez maîtriser les sept domaines simultanément.

Si vous êtes solides mais que vous manquez de bienveillance, tout reposera sur vos épaules et vous finirez vite par vous sentir seul.

Si au contraire vous êtes bienveillant, charismatique et bon communiquant, mais que vous manquez d’auto-discipline, de courage et d’ancrage personnel, vous allez sacrifier votre vie aux autres mais sans contribuer véritablement et surtout sans impact ni bénéfice personnel et collectif.

Qu’est-ce qui est vraiment important ?

Pour un vrai leader, je crois que c’est de changer le monde, c’est-à-dire d’ouvrir la voie et d’offrir une nouvelle vision, de servir pour le bien de tous… Et d’être pleinement épanoui.

Si vous ne parvenez pas à cette synérgie, vos idées, vos défis et vos rêves finiront soit par vendre au monde sa propre prison ou même peut-être carément sa perte, soit toutes vos bonnes intentions resteront de simples vœux pieux et vos objectifs des fantasmes de rêveur.

Analyse de cette approche au cas de Yann (et voyons ensemble comment il s’est laissé prendre au piège) :

La vitalité

Etrangement, malgré qu’il a été joueur de football en national alors qu’il avait tout juste 18 ans et qu’il se lançait en parallèle dans un bachelor d’informatique spécialisation licence en développement de logiciel, Yann a dû se défier en vain sur ce point.

C’est très courant, l’influence de ses parents qui lui répétaient qu’il ne pourrait jamais réussir ses études tout en jouant au football presque tous les jours associé au faible niveau d’implication pour le sport du milieu de l’informatique on finit par avoir raison de sa passion pour le sport… Sans parler de son hygiène alimentaire qui s’est progressivement dégradée pour parvenir à un stade ou il n’a même plus l’espoir de se ressaisir : il a essayé tant de fois.

La famille

C’est un bel atout chez Yann. Il prend toujours grand soin de ses 3 enfants et il vit avec la même femme depuis qu’il a 21 ans. Ils sont heureux en amour et partagent encore, après 20 ans de relation et 17 ans de vie commune, de nombreuses activités ensemble.

Même lorsqu’ils sont en désaccord, ils prennent toujours le temps d’échanger et de tenir compte du point de vue de l’autre pour finir par trouver un compromis qui assure l’équilibre et le bonheur de toute la famille. Pourtant, même sur cet aspect, Yann conserve une marge de progression : il n’est pas toujours complétement authentique sur ses émotions et a tendance à repousser lorsqu’il doit dire quelque chose qui mériterait d’être plus direct. Ce qui peut parfois engendrer des non-dits et être source de certaines incompréhensions.

La tribu

Là aussi, c’est un domaine où Yann se sent bien. Il a toujours participé à différentes activités amicales et sociales et son carnet d’adresse est plutôt bien garni. Ses échanges dans les réseaux d’affaires lui assurent une activité régulière et il a tendance à y être très apprecié.

Sa marge de progression se situe presque au même plan qu’au niveau familial : il pourrait se démarquer davantage en se livrant plus. Sans devenir extraverti, il pourrait gagner en empathie en se montrant parfois plus vulnérable et en exprimant plus clairement ses émotions.

Gestion des émotions

Sur ce domaine, Yann se situe en demi-teinte : d’un côté, il sait se montrer calme et ne se met pas facilement en colère. D’un autre, il a tendance à entretenir une certaine anxiété – il veut toujours faire ses preuves et satisfaire ses clients. La perpective de mal faire le pousse à vouloir que tout soit toujours parfait. Aussi, il a fini par abandonner plusieurs projets ambitieux qui auraient pu lui assurer une envergure internationnal et contribuer à l’essor de nombreux logiciels, qui par leur impact, auraient pu faire gagner un temps considérable à des millions d’utilisateurs.

La carrière

Etrangement, alors qu’il a mené jusqu’alors sa carrière avec efficacité. Yann se trouve actuellement en réelle difficulté : sa volonté à respecter scrupuleusement toutes les régles sociales et réglementaires fait qu’aujourd’hui, il ne sait pas prendre de décisions rapides et flexibles. La capacité d’adaptation et de piloter en temps réel sont pourtant des compétences essentielles chez tout dirigeant.

La perspective de choquer le rend nerveux et il a toujours été très peu indulgent envers lui-même.

Il possède pourtant un atout de taille : il a une idée précise de qui il veut être et il travaille fort pour cela, délaissant les divertissements et contrôlant où il engage son énergie.

Les finances

Sur ce plan, Yann pourrait presque être qualifié d’expert. Il a une bonne connaissance des différents marchés, connaît la conjoncture, les différents placements et investissements qu’il est possible d’effectuer – y compris à l’internationnal – et il a même déjà expérimenté avec succès certains d’entres-eux.

Il conserve toutefois une réelle marge de progression. A ce jour, son portefeuille ne lui permet ni de prélever une somme d’argent suffisante pour permettre à son entreprise de fonctionner au ralenti pendant les quelques mois que risquent d’imposer la crise actuelle, ni de se protéger avec des sources de revenus variées et diversifiées pouvant le mettre lui et sa famille à l’abri des événements.

La spiritualité

Dans ce domaine, Yann est également en demi-teinte. De prime abord, il s’intéresse à tout ce qui est connexion aux autres et à la nature. Il a même une fois participé à un stage de Yoga qu’il avait beaucoup apprécié, ressentant une connexion et une énergie qu’il n’avait encore jamais ressenti (y compris losrqu’il était jeune footbaleur). Il avait aussi lu quelques articles évoquant les bienfaits de la méditation.

Mais les journées ne faisant que 24h, il n’a jamais pratiqué lui-même autre chose que quelques marches familliales en forêt certains week-ends.

Aussi, il se sent assez dispersé dans son mental toujours actif et galopant. Il n’est pas suffisament organisé pour mettre en place le temps nécessaire à la mise en place des quelques aspects pouvant faire bouger le curseur en faveur d’une meilleure connexion et d’un plus grand centrage sur lui.

Le Leadership est bien plus qu’une simple compétence, c’est un art de vivre au quotidien qui regroupe de nombreuses facettes souvent indissociables, qu’un vrai Leader se doit de développer et de combiner entre elles.

La prise de risque et la controverse nous rendent vulnérables, un caractère que Yann s’applique à fuir.

Être un leader, c’est aussi accepter l’inconnu, la perspective de devoir choisir sans tout savoir ni posséder tous les éléments.

Devoir agir dans ce contexte de crise lui complique lourdement son rôle lorsqu’il devrait prendre des décisions audacieuses, dire des choses qui pourraient déplaire, et peut-être se montrer anti-conformiste en allant à contre-courant de la pensée commune.

Ainsi, les forces de Yann sont : sa famille, sa tribu, son expertise professionnelle et ses connaissances financières. En revanche, il éprouve des difficultés dans les domaines de la vitalité, de la gestion des émotions, et dans sa spiritualité.

Ces observations permettent de mieux appréhender les enjeux en lien avec la situation mondiale actuelle (mais aussi en lien avec l’individu dans son essence même).

Son manque de vitalité et son manque d’ancrage sur lui-même l’empêche de se fixer un cap et de naviguer en pleine conscience : avec force mais bienveillance.

Le manque de courage face à la peur et se conformer avec la pensée commune : la recette parfaite pour engendrer inaction et frustration.

Rompre le lien demande un acte de foi : foi envers soi-même et foi en la vie. Mais aussi une certaine auto-discipline et quelques rituels adaptés. Ce sont ces aspects qui pourront ouvrir de nouvelles perspectives et de meilleures opportunités… Pour, déjà sauver son entreprise, mais aussi sa qualité de vie et son propre épanouissement… Pour contribuer à un monde meilleur.

Prendre conscience de ces mécanismes et de cette psychologie du leadership est un bon début et ça peut aider immédiatement. Ca n’est toutefois pas suffisant : il est crucial de passer à l’action, de répéter, de corriger, de recommencer… Et de s’améliorer continuellement dans chacun des 7 axes de développement, pour une croissance personnelle et professionnelle.

Depuis deux mois, le doute demeure… Combien de temps cela va-t-il continuer ? Que nous réservent les prochaines décisions officielles ? S’appuyant sur de profondes connaissances vivantes et sur les nombreuses aptitudes de notre cerveau humain, Yann peut et doit prendre sa responsabilité.

La peur est un sentiment inévitable lorsqu’on entre en zone inconnue. Mais faire appel à ton son pouvoir de leader permettra d’affiner sa perception, de choisir en conscience, de diriger avec force mais bienveillance, d’être plus libre et plus heureux, et de changer le monde.

Pour un entretien gratuit de 30 minutes avec Jérôme, cliquez-ici

Pour découvrir nos offres et nos accompagnements spécial Leader