Mon nom est Jérôme Staszak et j’aimerais prendre ce temps pour vous partager qui je suis sans secrets et en toute vulnérabilité.

Dans ce monde de l’internet, sur ce site et dans mes diverses communications sur les réseaux ou à travers mes e-mails - si vous faites déjà partie de ma belle communauté des ami·e·s de la prise de décision, vous verrez plein de jolies choses à mon sujet et sur ce qui m’anime.

Toutes ces choses sont vraies et elles mettent en valeur mon parcours, mes accomplissements et ma mission.

Il s’agit de marketing, de « marketing digital » plus précisément, un domaine innovant de par sa forme mais aussi très ancien de par son fond.

Un domaine puissant où comme dans toutes choses puissantes il est possible d’offrir le meilleur, comme le pire.

Le meilleur lorsque l’influence que cela produit est basée sur l’amour, l’éthique et la bienveillance.

Le pire lorsque cela devient une machine sans cœur où le seul but est de manipuler d’autres humains.

Alors, je voudrais que vous sachiez réellement que tout ce que j’encourage, promeus, offre ou vend est produit et livré avec ma passion, mon engagement et tout mon cœur. TOUJOURS en lien avec ce qui m’anime le plus : je ne vendrais jamais rien que je ne pourrai conseiller à mes propres enfants ou que je n’aurais pas aimé avoir moi-même.

Voici aussi ce que j’aimerais que vous sachiez véritablement à mon sujet mais qui vous aurait sans doute fait « chier » si cela avait été le premier aperçu que vous auriez eu de moi.

J’ai longtemps été timide...

... et disons-le franchement, ce trait de caractère a plutôt tendance à nous pourrir la vie.

J’avais donc souvent l’impression d’obtenir bien moins de résultats que ce dont je pensais être capable. En fait, mes résultats étaient souvent très moyens.

Il y a même eu une époque où j’avais complètement le sentiment d’avoir une vie moyenne dans tous les domaines : un collégien et un lycéen moyen, un sportif moyen, des ambitions moyennes, une sexualité moyenne. Bref tout était on ne peut plus moyen. Et surtout, carrément ennuyant !

Alors, je me mis à rêver. D’abord à rêver que j’étais courageux. Puis je me suis mis à rêver que j’étais fort. Puis j’ai rêvé qu’en fait, je pouvais faire ce que je voulais : j’avais entendu ma mère dire que j’avais une « bonne étoile », cela devait être vrai.

Cela a eu au moins le mérite de développer ma confiance en moi car après tout, si j’avais une « bonne étoile » je pourrais toujours m’en sortir si je me trompais.

Le premier sport qui m’a

Construit

Très tôt, j’avais 7 ans et je ne sais pas vraiment pourquoi au départ, alors que mon père m’encourageait à faire du foot, j’ai opté pour le Judo. Sans y briller, ce sport m’a réellement formé dans tous les sens du terme :

- Valeurs de respect, de courage, de loyauté… Et surtout, ce que je n’imaginais pas à l’époque, de persévérance.

Ce n’est en effet que, bien des années plus tard, que j’ai ressenti au plus profond de moi toutes les valeurs morales, éducatives et formatives du Judo.

J’avais 15 ans et nous vivions pour 3 ans à l’île de la Réunion (mon père était Gendarme en séjour outre-mer) lorsqu’après 6 mois sans entraînement je me suis retrouvé sur une île et dans un dojo que je ne connaissais pas à devoir « faire ma place » : tous les autres judokas présents tenaient absolument à me « tester » et souvent de façon – disons-le – pas tellement loyale.

Mais cela a fortement contribué à rehausser mon estime personnelle.

Comment j’ai raté mon

Bac

Pourtant, je restais « lisse ». Je n’ai connu mes premiers vrais émois amoureux qu’à l’âge de 16 ans – pas très précoce le mec.

Ensuite, hormis quelques belles expériences sportives vécues au travers du judo lors de certaines compétitions ou de stages, rien de bien notable.

À 18 ans, je rate mon bac.

Il faut bien reconnaître qu’après avoir passé 3 années à l’île de la Réunion, une très belle île mais où le niveau scolaire était très bas et où j’obtenais de « bons résultats » facilement, le retour en métropole fut très douloureux dans ce domaine.

Je dois dire que, bien qu’étant plutôt un adolescent sérieux, je m’ennuyais grave en cours : hormis le sport et la philosophie, peu de matières m’intéressaient et il faut bien reconnaître que l’éducation nationale n’a pas son pareil pour susciter l’intérêt des jeunes.

Pour mes parents et surtout pour ma mère, le monde s’écroulait : son fils n’aura pas le bac, elle qui rêvait de le voir médecin !

Une expérience qui a changé ma

Vie

Alors que je m’apprêtais à devenir Gendarme, comme papa : c’est cool on a la sécurité de l’emploi.

En plus, on fait du sport.

N’ayant pas une vue parfaite et ne pouvant pas aspirer à entrer au G.I.G.N, fidèle à la moyenne, je prévoyais de me contenter d’être moniteur de sport dans la Gendarmerie.

L’honnêteté doit toutefois me pousser à dire que j’ai un énorme respect pour mon père qui a toujours été quelqu’un de droit et d’intègre, digne de porter l’uniforme.

J’ai même également longtemps eu un profond respect pour l’armée en général et tout ce qui touche au pays, à l’état, à la nation.

J’avoue que ce n’est plus le cas aujourd’hui et je me permettrais même d’écrire que, si moi je fais du marketing d’influence, l’état lui manipule et contribue à déshumaniser complètement la société dans son ensemble. Fin de la parenthèse.

Donc, le hasard et le graphique de présentation d’une annonce dans le journal « Le Parisien » me pousse à aller candidater à un poste de commercial.

Surprise, je suis embauché.

Cette expérience s’est révélée libératrice pour moi : moi qui étais timide, j’étais guéri. Moi qui croyais qu’il fallait faire des études pour trouver du travail en dehors de l’armée et gagner sa vie je découvrais un univers passionnant, riche d’apprentissage et très rémunérateur.

Complètement libéré, je développe de l’audace et un sens aigu de l’organisation qui me permet de combiner la vie d’un commercial parisien avec une formation au Brevet d’état des Métiers de la Forme (j’avais compris que je serai coach sportif, le « Parisien » n’était qu’une étape).

Mon diplôme d’éducateur sportif en poche, je donne ma démission et tente ma chance comme coach en salle de remise en forme.

J’allais, certes, gagner beaucoup moins d’argent mais je serai en lien avec ce qui m’anime et totalement en accord avec mes valeurs : mon audace développée associée au goût de l’effort que j’ai toujours eu et ma passion pour la santé et l’hygiène alimentaire faisaient que tout s’alignait pour moi.

La famille et

L'entrepreneuriat

C’est à l’âge de 23 ans que je rencontre ma première femme avec qui j’aurais deux enfants.

Cette expérience s’est avérée douloureuse sur le plan familial : la mère de mes fils et moi-même avions si peu en commun et encore moins à partager et, j’étais tellement un mauvais mari toujours préoccupé par mes clients et mon développement professionnel que nous n’étions jamais ensemble – ou plutôt seulement pour les disputes.

En revanche, sur le plan professionnel et du coaching sportif, j’y ai vécu des années fabuleuses.

Sollicité par le directeur d’un centre éducatif renforcé qui me demande d’assurer l’animation sportive d’un groupe de jeune de 11 à 17 ans en difficulté, et pour faciliter la polyvalence de mes interventions en tant que coach, je deviens travailleur indépendant en 15 jours.

S’en suit une aventure entrepreneuriale passionnante et engageante : l’activité ne fait que croître, les clients m’apprécient et me font confiance, les résultats humains, sportifs et financiers sont excellents. Je travaille plus de 90h par semaine. Je recrute quelques coachs pour me compléter face à l’ampleur du nombre de clients et la mère de mes enfants s’occupe de la gestion administrative.

Une rencontre

exceptionnelle

Mais deux questions me taraudent et reviennent sans cesse : quand je fais le bilan avec mes clients, quand je donne une réunion avec mes coachs, quand j’observe autour de moi, partout, je suis obsédé par ces mêmes questions : pourquoi certains de nos clients progressent plus qu’on pourrait l’imaginer tandis que d’autres progressent moins, voire pas du tout !? Pourquoi certains sont « naturellement motivés », d’autres absolument pas ?!

Je questionne les collègues, les clients, les chefs d’entreprise (qui sont aussi concernés en devant motiver leurs collaborateurs), je me questionne… je cherche, je fouille sur le net, je lis des livres, beaucoup de livres… Finalement, comme une évidence, je comprends : tout vient du cerveau ! La clef se trouve dans cette science qu’on appelle « neuroscience » … Alors, pour mieux comprendre, pour approfondir, pour me former moi-même et surtout pour mieux aider et coacher mes clients, ne trouvant rien qui m’inspire ici (nous sommes en 2008), je décide de suivre une formation en préparation mentale canadienne auprès de la firme « Mental Trainer » détenue par Etienne Couture. Cette rencontre fut déterminante. Elle m’ouvre sur un univers fabuleux de possibilités.

C’est à ce moment, qu’en plus du coaching sportif, je commence à proposer des accompagnements en coaching mental.

Le couple vole en éclat, la famille explose, je connais ma première crise financière et une sale blessure sportive au pied me fait vivre

l’expérience la plus douloureuse de ma vie  

Derrière les défis que la vie nous présente, il y a toujours de belles opportunités.

A l’âge de 35 ans, et dans la même année, j’ai divorcé, j’ai connu ma première faillite, et je me suis gravement blessé.

J’étais submergé dans des dettes que je ne pouvais plus payer.

J’avais aussi tellement tiré sur la corde entre travail important, mauvais sommeil lié aux tensions dans le couple, et entraînements sportifs excessifs et surtout irrationnels pour me canaliser que la blessure était devenu inévitable.

Ce que j’avais initialement pris pour une simple entorse, était en réalité bien plus grave. Certains des meilleurs médecins me diagnostiquent une pathologie lourde pensant que je ne pourrais plus jamais courir.

MAIS, je me suis rapproché de mes enfants : les avoir avec moi après la séparation m’a fait devenir un papa plus présent, passant plus de temps avec eux, m’organisant pour les soutenir et les accompagner dans les moments importants…

J’ai aussi énormément affiné mes connaissances de moi-même sur les plans mental, physique et émotionnel développant notamment une fine connaissance alimentaire en revoyant complètement ma façon de manger, de penser, de m’entraîner, de récupérer.

Cela m’a aussi poussé à revoir ma relation aux autres, à la famille, au travail et surtout, vers une vie qui fait du sens !

Je redémarre 

Je suis porté par la volonté de pouvoir offrir une meilleure vie à mes enfants et conditionné par la discipline forgée grâce à mes années de judo, de sport en général, et de travail intense.

En même temps, tout ce que j’ai pu apprendre au travers des neurosciences et du coaching mental associé au ressenti engendré par un passage immense de souffrance émotionnelle, je prends une nuit entière à « retravailler » qui je suis, quelles sont mes valeurs, quels sont mes besoins, qu’est-ce que je veux vraiment…

J’appuie ce travail sur mes connaissances certes, mais aussi sur tout ce que je découvre sur l’un des plus grands coachs au monde : Anthony Robbins et de son fameux livre « l’Éveil de votre puissance intérieure » … Par la suite et dans un concours de circonstances, j’ai reçu une opportunité pour participer à un séminaire professionnel animé directement par cet Anthony Robbins qui, bien que nécessitant un investissement important, promettait d’être impactant tout en offrant de nombreuses ressources stratégiques pour développer son activité tout en devenant plus heureux.

À ce moment-là, je ne savais pas comment trouver le financement nécessaire mais une petite voix me disait « donne-toi deux semaines et tu vas trouver une solution » même si je n'avais aucune idée de comment j’allais bien pouvoir m’y prendre.

Finalement, j’ai réalisé que je n’avais ni besoin de plus de temps ni de plus d’argent mais d’un nouvel état d’esprit et de nouvelles stratégies si je voulais non seulement offrir une autre vie à mes enfants mais aussi pouvoir apporter plus d’aide à mes clients.

C'est à cet instant que j'ai décidé de me rendre à ce séminaire avec l’idée de transformer complètement ma vision personnelle ET professionnelle.

À ma grande surprise, en seulement dix jours, j’avais amassé les 1500€ nécessaires au financement du séminaire (voyage/hébergement compris) ainsi que 1500€ supplémentaires pour financer le surplus de mes crédits en cours.

Des hauts et des bas

Ensuite, tout va très vite. En quelques mois, je reprends part à de belles aventures et de jolis défis sportifs, recourant sur des distances allant de 10 km sur route à 80 km en Trail en passant par des marathons et des expériences fabuleuses comme la SaintéLyon, le X-trail de Courchevel ou encore le Cortina Trail.

Sur le plan professionnel, l’activité est redevenue prospère et les clients progressent sur tous les plans.

Je suis devenu un « vrai papa presque complet ».

Je rencontre aussi ma deuxième femme avec qui, à l’image de ce titre, nous connaîtrons des périodes d’euphories et des passages d’immenses souffrances.


Finalement, comme tout ce qui manque d’équilibre, la relation prend fin.

La rencontre ultime

Et une expérience incroyable

Environ un an plus tôt (en 2018), je fais la rencontre d’un coach, mentor et ami exceptionnel : Martin Latulippe et son Académie Zérolimite.

Là, l’activité professionnelle fonctionne bien, et je développe encore davantage ma vision d’ensemble, ma stratégie et mon expertise mais je fais coup sur coup des erreurs de recrutement et des partenariats qui s’avéreront perdants.

Pour pallier ces erreurs, je dois, à nouveau, retravailler beaucoup et être très (trop) souvent sur la route… Résultat : une perte de permis où je suis en partie responsable (plusieurs excès de vitesse) et en partie victime d’erreurs répétées et non traitées du ministère de l’intérieur.

Pas grave !

Je découvre une approche digitale ET humaine menée par un être humain authentique et résolument bienveillant !

Cette rencontre sera déterminante puisque, non seulement, elle m’aura poussé à travailler sur moi, mon offre, mon approche afin de devenir un entrepreneur et surtout un coach plus complet avec du vécu, mais en plus, elle m’aura permis de connaître les raccourcis – les vrais raccourcis – pas ceux que la société de consommation nous vend mais bien ceux qui s’appuient sur une profonde connaissance de soi-même et sur des stratégies éthiques et durables.

La seconde rencontre

Et un épanouissement complet

Nous sommes en 2019 et les points se connectent

Primo, je suis bien sur mon centre, aligné avec ma vision

Secundo, ma santé est excellente et stable

Tertio je m’installe avec MA femme qui deviendra également partenaire professionnelle des COACHING DECIDER SA VIE

Pour résumer, la passion du coaching et

Une aventure humaine fabuleuse

Aussitôt mon départ de chez mes parents, j’ai décidé de vivre de ma passion : transmettre le goût de l’effort et aider à améliorer sa santé.

Cette décision va influencer ma vie pour toujours.

Cela faisait déjà bien longtemps que je m’intéressais avec obsession à tout ce qui touche à la santé et à l’excellence. Et, suite à ma formation et à quelques rencontres, c’est tout naturellement que je suis devenu coach sportif.

Malgré la peur de mon entourage, les doutes sur le contexte économique, les nombreuses pertes d’emploi, je n’ai pas hésité une seule minute et sans expérience aucune du monde de l’entreprise, je me suis lancé à la poursuite de mon défi que nombreux pensaient impossible. Je n’avais aucune idée des tonnes de difficultés qu’il pouvait y avoir mais mon enthousiasme et mon énergie à avoir un impact sur la santé et le bien-être des gens étaient si forts que je savais que rien ne m’arrêterait.

Ce que la plupart refusent d’accepter, ce sont les longues heures de travail dans l’ombre, les absences auprès des nôtres, les frustrations face aux critiques, la discipline à maintenir tous les jours et à être intense avec ses actions.

À la suite de quoi je vais connaître 3 chutes :

  • Chute sentimentale avec mon divorce
  • Chute financière qui s’en suit
  • Chute de ma santé avec une blessure qui perdurera deux ans.

Et, je vais vous révéler quelque chose : aujourd’hui, je m’estime immensément chanceux d’avoir pu vivre tout ça !

C’étaient les fondations qui m’ont permis les remises en question, les sacrifices, les nouvelles recherches et formations qui ont fait de moi le coach complet que je suis devenu.

Aujourd’hui, je crois sincèrement que quel que soit notre domaine d’activité, quel que soit notre mode de vie, quel que soit notre priorité, nous devons toujours prendre grand soin de :

Notre santé qui est essentielle

Notre travail qui est important

L’amour et la famille sans quoi tout le reste n’a aucun sens

Aujourd’hui, ma volonté est de partager mon expérience pour transmettre ce message à un maximum de personne.

Prenez soin d’équilibrer ces 3 valeurs.

Dès maintenant, prenez cette décision !

Jérôme

P.S : au départ, tout n’est qu’un rêve avec lequel certains passeront à l’action malgré les peurs et les doutes et développeront de nouvelles croyances, de nouvelles compétences et créeront leur vie… Certains parmi eux changeront le monde ! D’autres répéteront encore et toujours les mêmes actions, habités par les mêmes croyances et les mêmes peurs, faisant face aux mêmes difficultés et ils traverseront encore les mêmes douleurs.

Car je sais à présent, hors de tout doute, qu’en prenant les bonnes décisions, en appliquant les bons enseignements avec le bon accompagnement et beaucoup d’entraînement, la vie se décide et les rêves deviennent réalité.

Et toi, as-tu décidé de réaliser ton rêve ?